Du lundi au samedi du 1 au 31 juillet
Entre 10 h et 12 h et entre 14 h et 18 h

THÈMES

 

STREET ART :
Des artistes engagés

Un thème qui invite à la réflexion et à se positionner artistiquement face aux enjeux sociétaux.
Blek le Rat, Jef aérosol où encore Miss Tic à Banksy, ces artistes de street art sont les plus connus et leur art dérange autant qu’il séduit les populations.
Ci-contre en haut, Banksy fait une satire à propos du rejet des migrants dans les pays européens et notamment ceux qui rejoignent la France pour aller en Angleterre. Les messages des pancartes sont : “Laissez nous nos vers”, “Migrants vous n’êtes pas les bienvenues”, “Retournez en Afrique”.

Ci-contre, la déforestation et l’urbanisation massive sont ici dénoncés. Inutile d’expliquer la métaphore vous l’aurez tous compris ! Si mes sources sont bonnes il s’agit d’une oeuvre de BLU.

Déroulement :

Première partie :
Proposition décalée, jeux de mots, anagrammes, une histoire naît…
une histoire qui vous appartient. Favoriser les recherches quant à l’histoire que l’on souhaite raconter, recherche des éléments qui vont permettre de mettre en place sa créativité avec les ouvrages, matériels et vidéos sur places.

* Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Mise en place et techniques des artistes contemporains : pochoir, feutre, bombes aérosol, jeu des typographies
Choisir sa propre technique, les mélanger, se trouver artistiquement.

Tarif :

  • 2 heures : 40 €, Matériel fourni

L’ART DE JOUER AVEC LE PAPIER

Sculptez, modelez, jouez avec le tissu, le papier, le carton…

« Du côté de l’art contemporain du papier »

  • Artiste plasticien, Gérald Pestmal travaille des matériaux naturels comme le bois, le papier et le carton qu’il récupère et recycle dans des œuvres où s’exprime un imaginaire puissant et inspiré.
  • Marchal Mithouard est un artiste plasticien qui intègre la 3D dans son œuvre. Il utilise un procédé unique qui lui permet de sculpter directement sur la toile.
    De la 3D dans la peinture avec des matériaux légers type sculptures papier sur structure.
  • Nicole Stenuit a fait le choix du papier journal, un matériau qui ne se veut pas noble comme le marbre ou le bois mais où s’impriment, jour après jour, nouvelles du monde et faits divers.
    Le papier journal, matériau en péril extrême face à l’invasion du numérique.
    Le papier journal pour rester fidèle à la petite fille qui découvre le monde au travers des journaux, des magazines et découpe des mots et photos qu’elle veut préserver de la poubelle du temps.
    Ses créatures façonnées en papier et colle se veulent gardiennes de mémoire; elles portent, à même leur chair, les mots qui blessent, les mots qui bercent, les mots qui tuent, les mots qui sauvent.
  • ACTU : Allen et Patty Eckman sont un couple d’artistes américains. Ils réalisent des sculptures entièrement faites en papier. 
    Allen et Patty sont les inventeurs d’un procédé unique : “la méthode Eckman”. C’est en moulant la pulpe de papier et en la pressurisant pour évacuer l’eau qu’ils arrivent à créer ces incroyables sculptures. 

Déroulement de l’atelier

Première partie :
Sollicitation de son imaginaire à travers une ouverture poétique faite d’images survenues sans résistance.

Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Travailler son décor, un personnage, abstrait ou figuratif. Raconter une histoire dans une matière écologique qui durcie au fur et à mesure. Technique qui permet de se laisser le temps de progresser mais qui autorise l’aléatoire, apprivoise l’erreur. Se laisser surprendre par la matière et par ce qu’elle raconte à chacun.

Tarif :

  • 2 heures : 40 €
    Matériel fourni : châssis, médium durcisseur, papier, tissu, peinture, patine…

TRANSFORMEZ UN(DES) OBJET QUI VOUS APPARTIENT EN UNE HISTOIRE SINGULIÈRE

« Du côté de l’art contemporain de l’objet de récup… »

  • Tim Noble et Sue Webster sont un couple d’artistes britannique. Ils réalisent conjointement des « sculptures-ombres » réalisées à base d’objets et de déchets en tous genre mis au rebus. Des compositions ensuite éclairées, des éclairages orientés de tel sorte à former des ombres-portraits sur les murs environnants.
  • Guerra de la Paz est un collectif d’artistes cubains formé par Alain Guerra et Neraldo de la Paz. À Miami, ils utilisent des matériaux comme des vêtements recyclés avec lesquels ils construisent des sculptures en volume très colorées. Elles sont souvent porteuses de messages socio-politiques. Leur œuvre interroge la manière dont notre société de consommation utilise et jette à profusion des objets encore utilisables, tels que les vêtements.
  • Vous pouvez rencontrer un castor géant au 87, rue du Chevaleret, à Paris. Il s’agit d’une grande œuvre en 3D, d’environ huit mètres de haut qui a été réalisée en seulement trois jours par l’artiste portugais Artur Bordalo, dit Bordalo II.

Déroulement :

* Première partie : Soi et son imaginaire
Favoriser l’immersion dans un temps à part pour chacun en début de séance afin de favoriser les recherches quant à l’histoire que l’on souhaite raconter, se raconter avec son objet.

* Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Aperçu contemporain de l’œuvre d’art faite d’objets recyclés.
Recherche d’artistes, recherche des techniques pour la mise en œuvre de sa production avec le ou les objets rapportés. Mise en forme du sujet et assemblage, peinture et patine si on le souhaite.

Tarif :

  • 2 heures : 40 €
    Matériel fourni : châssis, médium durcisseur, pigments, médiums et colles d’assemblage, peinture, patine…

S’EXPRIMER DANS ET AU TRAVERS LA NATURE

« Harmonie entre art et nature…»

A l’heure où la pollution détruit notre planète, le Street Art cohabite avec la nature !
L’air du temps est imprégnée d’une envie de retour aux sources à notre mère nature et pour cause, les artistes contemporains nous transmettent toute l’inquiétude qui les traverse quant à l’avenir de la planète. De larges possibilités artistiques s’offrent à nous pour exprimer notre contexte contemporain parfois compliqué, du Land Art au street art écologique ou au graffiti en mousse, voici quelques artistes qui sauront nous inspirer.

Le Land Art ou Earthwork naît à la fin des années 60 aux États-Unis, pour faire face à la marchandisation croissante de l’art. Ces artistes réintègrent la nature pour s’exprimer sans limites, en créant à partir de matériaux naturels souvent trouvés sur place.  L’avantage du Land Art est qu’il est destiné à disparaître, son éphémérité peut faire prendre conscience de la valeur du moment présent…
L’art ne doit plus être une valeur monétaire ni réservé à une élite dans un lieu clos. 

  • Robert Smithson pose les premières pierres dans son essai The Sedimentation of the Mind : Earth Projects. Il décide de questionner ce rapport entre l’art et l’argent, et de briser le cadre contraignant de l’oeuvre en galerie. 
  • Andy Goldworthy. Ce Land Artist vient créer une trace sur le paysage et le sublimer avant qu’il ne disparaisse. C’est un travail méditatif et minutieux. On voit ici quelques exemples réalisés avec de la glace ou de la neige qui ont fondu quelques instants après la photo. La nature évolue ensuite avec ces installations. 

  • Ludovic Fesson travaille un peu à la manière de Goldworthy à partir d’éléments naturels, il s’applique à créer des formes harmonieuses qui jouent avec les éléments naturels.

Déroulement :

* Première partie : Soi et son imaginaire
Favoriser l’immersion dans un temps à part pour chacun en début de séance afin de favoriser les recherches quant à l’histoire que l’on souhaite raconter, poèmes, contes, histoires…

* Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Récolte de sa palette végétale et mise en forme au grès de ses envies. 
Souhaitez-vous jouer avec l’éphémérité des éléments ou plutôt créer une composition à ” encadrér “.
Possibilité de technique mixte, tout est permis : composition à la fois végétale et picturale… À vous de voir. 

Tarifs :

  • Composition éphémère : 2 heures, 30 €
  • Composition sur châssis : 2 heures, 40 €
    Matériel fourni : châssis, végétaux stabilisés ou pas, pigments, médiums et colles d’assemblage.

Atelier Art&Culture : Il y a de l’art dans le collage

Le collage est une technique qui naîtra au début du 20e permettant l’assemblage non pas seulement de papier mais d’une pluralité d’assemblages d’éléments. Le premier collage « nature morte » de l’histoire de l’art est certainement la chaise cannée de Pablo Picasso. Une œuvre dans laquelle il collera directement un échantillon de la toile cirée d’une chaise. Suivront bien d’autres artistes comme Hannah Höch, Richard Hamilton, Jacques Villeglé, les cubistes qui se permettront encore plus de transgressions.

Kra N’Guessan artiste contemporain « qui assemble des matériaux, plus encore des pensées sur des supports matériels ». (https://www.voir-et-dire.net/?Kra-N-Guessan-Figures-du-Christ).

Njideka Akunyili Crosby artiste contemporaine qui site, « je réconcilie les terrains culturels entre mon pays d’adoption, l’Amérique, et mon pays d’origine, le Nigéria, en créant des collages et des photo-transferts qui exposent les défis de ces deux mondes ».

Romany Soup dont l’approche romantique et colorée interpelle et interroge.

Thème :

Le collage est un beau moyen d’expression où chacun touche à sa fibre artistique sans contraintes techniques où une histoire, des interrogations peuvent se dévoiler en effleurant l’imaginaire du créateur.

Déroulement :

* Première partie : Soi et son imaginaire
Favoriser l’immersion dans un temps à part pour chacun en début de séance afin de favoriser les recherches quant à l’histoire que l’on souhaite raconter, se raconter avec les éléments fournis, la documentation et les ouvrages sur places.

* Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Aperçu historique de la technique du collage dans l’histoire de l’art. L’art s’exprime dans le collage par un assemblage singulier d’images et propre à chacun. Recherche d’images, découpe, mise en forme du sujet par le collage puis par la peinture pour lier les éléments et faire prendre vie à votre histoire.

 

Atelier Art&Culture : Sur les pas de Gustave KLIMT

Proposition d’un espace temps, d’un lieu dédié à des séances d’ateliers en privilégiant la singularité et le bien être de chacun. Un thème est proposé mais il vous reste à stimuler votre imaginaire…

Ces ateliers conviennent parfaitement à des personnes débutantes enfants et adultes. Compter 2 séances minimum. Des moments conviviaux imaginés comme un accompagnement personnalisé autour d’une pratique pour aiguiser à la foi son imaginaire, le lâcher-prise, sa curiosité culturelle et sa pratique artistique.

Thème :

Gustave Klimt (1862-1918) est un peintre symboliste autrichien, et l’un des meilleurs représentant du mouvement Art nouveau. Peintre de figures, nus, portraits, paysages, sujets allégoriques, il est aussi décorateur, peintre de tapisseries et de mosaïques, céramiste et lithographe.

Déroulement :

* Première partie : Soi et son imaginaire
Favoriser l’immersion dans un temps à part pour chacun en début de séance afin de favoriser les recherches quant à l’histoire que l’on souhaite raconter, se raconter avec les éléments fournis et les ouvrages sur places.

* Deuxième partie : Art, culture & mise en œuvre.
Observation des décors et des formes utilisées par Klimt.
Mise en place par un dessin simple du sujet issu des recherches puis mise en couleur par la peinture à l’huile. Temps d’échange autour d’un goûter.

 

LES MÉDIATIONS ARTISTIQUES

Proposition d’un espace temps en petit groupe, d’un lieu dédié à des séances d’ateliers de médiations artistiques. Ces ateliers visent l’épanouissement personnel du participant vers l’ouverture sociale et culturelle. L’art est un véritable outil de médiation fondé à la fois sur la création individuelle, la relation à l’autre et à la culture. Il répond au besoin de créer, d’intéragir avec son environnement et de trouver sa place dans la collectivité.

Temps de rencontre favorisant :

– S’exprimer autrement lorsque le langage n’y parvient pas ;
– Stimuler la créativité en invitant l’imaginaire à s’extérioriser;
– La créativité permet de donner forme à des souvenirs, des émotions, des souffrances physiques ou mentales, des vécus refoulés, des désirs. Le patient les voit apparaître de façon inattendu ;
– Se sentir exister : Raconter son histoire, se raconter va aider la personne à déposer des souffrances ;
– Se décaler du regard de l’autre pour gagner en autonomie ;
– Le plaisir de créer ;
– Être écouté ;
– Lâcher-prise pour soulager les angoisses et inquiétudes ;
– Valorisation et augmentation de l’estime de soi ;
– Prendre et reprendre confiance en soi au travers de la réussite.
– Se permettre la liberté d’expression dans les choix nombreux qu’offre le dispositif proposé.
– Solliciter l’étonnement, la curiosité et le plaisir.
– Se permettre un moment de liberté pour soi ;
– Ouverture culturelle et curiosité stimulée ;
– Favoriser en fin de séance l’échange entre les participants, échanger des idées, des imaginaires.

Atelier à médiation à visée art-thérapeutique durée 2 h adultes :

La séance : 45 €
Forfait de 5 séances : 200 € payable à l’inscription en 1, 2 ou 3 fois

En institution, la séance de 3 à 6 personnes : 150€