Que dire de ce corps à l’anatomie parfaite. Un corps façonné par la nature pendant la nuit des temps, où chaque pose est à redécouvrir et à étudier. Je suis fascinée il est vrai, par cette mécanique sublime, domptée, intelligente.

Un mouvement quel qu’il soit, assujetti aux forces de la terre, de l’espace, du ciel, faire parti de ce tout qu'est l'univers. Cette redoutable et fascinante machine que l’ombre et la lumière subliment. Ici s'entrechoquent deux opposés pourtant si complèmentaires symbolisant un paradoxe omniprésent dans nos vies quotidiennes.

Corps, mécanique purement physique et organique qui nous laisse entrevoir, l’espace d’un court instant, dans un mouvement sublimé, son véritable visage, non physique, non réel, impalpable : l'Âme. Ce que Descartes considérait comme bien dintincts, le Corps Dansant nous prouve ce que Spinoza déclarait : corps et âme sont deux modalités complémentaires et indiscociables, Corps et Âme se retrouvent ici inséparables. Et si les corps sont plusieurs, alors ils repoussent le paradoxe. Un corps au service du non corps. Un corps au service de l’esprit, de la réunion de plusieurs êtres, un corps au service d’un message.

Merci à tous nos grands danseurs et chorégraphes…

Magali Masselin©2014